Vider mon coeur…

Retrouvez une sélection de poèmes d’Emily Dickinson à la médiathèque. Cliquez !

Pendant le printemps des poètes, la médiathèque vous présente chaque jour un poème :

Vider mon Cœur, de Toi –
Son unique Artère –
Commencer, et T’omettre –
Simple Date d’Extinction –

Plus d’une Vague a la Mer –
Elles – une seule Baltique –
Soustrais-Toi, par jeu,
Et de moi il ne reste plus
Assez – à ôter –
« Moi » voulait dire Toi –

Détruis la Racine – pas d’Arbre –
Sans Toi – donc – pas de moi –
Dépouillés, les Cieux –
Pillée, la vaste poche de l’Eternité –

Emily Dickinson
(393)

J’aimerais

Retrouvez une sélection d’oeuvres de Boris Vian à la médiathèque. Cliquez !

Pendant le printemps des poètes, la médiathèque vous présente chaque jour un poème :

J’aimerais

J’aimerais
J’aimerais
Devenir un grand poète
0909Et les gens
Me mettraient
Plein de laurier sur la tête
Mais voilà
Je n’ai pas
Assez de goût pour les livres
Et je songe trop à vivre
Et je pense trop aux gens
Pour être toujours content
De n’écrire que du vent.

Boris Vian

Extrait de :
Je voudrais pas crever, 1962

Expo photo à la bibliothèque des Lucs-sur-Boulogne

SKMBT_C22015031811190Du 21 mars au 21 avril prochains, la bibliothèque « Au fil des pages » des Lucs-sur-Boulogne proposera, en partenariat avec l’association Plein Format, une exposition de photographies.

Il s’agissait pour les photographes amateurs d’illustrer une sélection de livres (réalisée par les bibliothécaires) à partir de leur titre, sans pour autant en connaître le contenu.

Cette exposition sera inaugurée le samedi 21 mars 2015 et sera notamment l’occasion d’un jeu-concours.

Entrée libre.
Bibliothèque Au fil des pages, Les Lucs-sur-Boulogne.

Enivrez-vous

Retrouvez une sélection de poèmes de Charles Baudelaire à la médiathèque. Cliquez !

Pendant le printemps des poètes, la médiathèque vous présente chaque jour un poème :

Enivrez-vous

Il faut toujours être ivre. Tout est là : c’est l’unique question. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.
Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous.
Et si quelquefois, sur les marches d’un palais, sur l’herbe verte d’un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l’ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l’étoile, à l’oiseau, à l’horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est ; et le vent, la vague, l’étoile, l’oiseau, l’horloge, vous répondront : « Il est l’heure de s’enivrer ! Pour n’être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous ; enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie, ou de vertu, à votre guise. »

Charles Baudelaire

Puisse mon coeur…

Pendant le printemps des poètes, la médiathèque vous présente chaque jour un poème :

Retrouver une sélection de poèmes de E. E. Cummings à la médiathèque. Cliquez !

Puisse mon cœur être toujours ouvert aux petits
Oiseaux qui sont les secrets du vivant
Quoi qu’ils chantent vaut mieux que savoir
Et si les hommes ne devaient les entendre les hommes sont vieux

Puisse mon esprit flâner affamé
Et sans crainte et assoiffé et souple
Et même si c’est dimanche puissé-je avoir tort
Car lorsqu’ils ont raison les hommes ne sont pas jeunes

Et puisse moi-même ne rien faire utilement
Et t’aimer toi-même ainsi plus que vraiment
Il n’y a jamais eu de tout à fait tel idiot qui puisse faillir
A tirer tout le ciel sur lui d’un unique sourire

E. E. Cummings